Techouvot.com

La réponse de qualité à vos questions

kol isha

Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
maxscience
Messages: 16
Cher rabanim,

J'ai participé a un shabbat organisé en France.
Il s'agissait d'un shabbat de kirouv, ou le rav avait fait en sorte d'inviter autant des personnes shomréi shabbat que des personnes qui ne le sont pas, dans le but de "partager" une ambiance de shabbat avec ceux qui ne la connaisse que peu.
Au moment de chanter les zmirot de shabbat, le rav a distribué les textes en précisant au filles qu'elles avaient tout a fait le droit de chanter.
Je suis donc aller le voir à la fin du repas, et il ma expliqué que le fait de faire du kirouv "impose" souvent de se reposer sur certaines koulot, et il y aurait notemment une koula permettant au femme de chanter en présence des hommes lorsqu'elles sont plusieurs car on ne distinguerai plus leur voix.
J'ai beaucoup de respect pour les personnes qui font du kirouv et je pense qu'il est tres important de trouver des koulot pour faciliter l'integration dans la pratique des mitsvot.


Cependant, en cherchant dans quelques sfarim de halakha je n'ai trouvé aucune koula sur "kol isha", meme pas dans le yalkout yossef.
Est ce qu'elle existe vraiment ?,
si oui quelle en est la source ?

Je me permet de poser une autre question : qui est concerné par le kirouv ? si je n'ai pas l'habitude d'écouter kol isha, est ce qu'il reste malgrés tout important de particper à ses évenements qui permettent de rencontrer des gens éloignés qui font une demarche vers la thora et que la présence de personnes un peu plus pratiquante peu aider ?


Merci d'avance pour votre réponse et pour tous le travail que vous faites!
Shavoua tov
Rav Binyamin Wattenberg
Messages: 5125
Citation:
J'ai participé a un shabbat organisé en France.
Il s'agissait d'un shabbat de kirouv, ou le rav avait fait en sorte d'inviter autant des personnes shomréi shabbat que des personnes qui ne le sont pas, dans le but de "partager" une ambiance de shabbat avec ceux qui ne la connaisse que peu.
Au moment de chanter les zmirot de shabbat, le rav a distribué les textes en précisant au filles qu'elles avaient tout a fait le droit de chanter.
Je suis donc aller le voir à la fin du repas, et il ma expliqué que le fait de faire du kirouv "impose" souvent de se reposer sur certaines koulot, et il y aurait notemment une koula permettant au femme de chanter en présence des hommes lorsqu'elles sont plusieurs car on ne distinguerai plus leur voix.
J'ai beaucoup de respect pour les personnes qui font du kirouv et je pense qu'il est tres important de trouver des koulot pour faciliter l'integration dans la pratique des mitsvot.


Cependant, en cherchant dans quelques sfarim de halakha je n'ai trouvé aucune koula sur "kol isha", meme pas dans le yalkout yossef.
Est ce qu'elle existe vraiment ?,
si oui quelle en est la source ?


Le ‘Hatan Sofer (O’’H Shaar Taharat Yadaïm §14) se demande si on peut écouter un homme et une femme chantant ensemble, mais le Beer Yehouda (sur le sefer ‘Harédim) l’interdit . Voir Otsar Haposkim (§XXI, 1, Sk.20, 4, p.50).

Certains autorisent lorsque ce sont des Zmirot de Shabbat, voir Sridei Esh (I, §77) (II, §8) qui autorise dans le cas de colonie de vacances où c’est nécessaire pour le Kirouv, cela pourrait correspondre à votre cas (et encore que l'âge ne doit pas être le même. Je suppose que le Shabbat dont vous parlez regroupait plutôt des 20-30 ans que des 10-12 ans).

Le Rav Yehouda Henkin (Shout Bnei Banim III, §25, 2) cite son grand-père le Rav Eliahou Henkin qui autorisait lui aussi, en précisant que c’est valable seulement pour ceux qui ont reçu cette tradition dans leur famille.
Restriction qui ne plait pas au petit-fils qui s’en défait et autorise à tous de pratiquer ce heiter.

Mais cette permission est loin de faire l’unanimité.

Le Tsits Eliezer (VII, §28) s’y oppose.

Voir aussi
‘Hatam Sofer (H’’M §190)
,

le Rav Horovitz (Sridei Esh I, §121),

le Az Nidberou (III, §71) et (IX, §59),

Mena’hem Meshiv (§26),

‘Hok Yaakov (§479, sk.6) ,

Yossef Omets (§602),

‘Hazon Lamoed (§5),

Erets ‘Haim (Sutton) (E’’H §21),

Yishrei Lev (E’’H lettre kouf, §12),

Yeffé Lalev (1, O’’H §75, 3),

Beer Sheva (kountras Beer Mayim ‘Hayim 3)


(les 8 derniers sont cités dans le Otsar Haposkim §21, 1, sk.20, 3, p.50).

Je dirais donc qu'il ne convient pas de faire un esclandre, mais si vous avez personnellement l'habitude d'éviter ce genre de situation, sortez de la pièce à ce moment sans montrer de colère ni de désagrément, faites comme si vous deviez aller aux toilettes ou autre chose.

Ne participez pas mais faites le discrètement, surtout si les rabbanim organisateurs sont d'avis d'autoriser. Créer une Ma'hloket ou similaire, est d'après tout le monde bien plus grave que de rester sur place sans "profiter"/prêter attention aux voix féminines mêlées aux masculines.

Dans le Making of a Godol (p.XXII), il est raconté que lorsque R. Boroukh Ber Leibovitz a été invité un shabbat aux USA chez Rav Elozor Méir Preil, les filles de ce dernier se sont mises à chanter à table les Zmirot et Rav Leibovitz sauta en l’air et s’enfuit.

L’ambiance en a été totalement plombée.

L’année suivante, lorsque Rav Ruderman vint à passer un Shabbat chez Rav Preil, l’hôte demanda à son invité comment il réagirait si jamais ses filles venaient à participer aux Zmirot.
Il répondit qu’il se contentera de ne pas les écouter, sans faire de scandale.

Je ne sais pas exactement quel âge avaient ses filles, mais il est possible que rav Leibovitz lui-même ait changé d’avis suite à cet incident, considérant que dans le cadre de Zmirot, on peut être Meikel.

Je dis ça car dans le Shout Tmourat Ayil (§70) http://www.hebrewbooks.org/pdfpager.aspx?req=46157&st=&pgnum=197
il est rapporté que ce même Rav Leibovitz a dit à son gendre R. Reouven Grozowsky que dans certains cas, lorsqu’il s’agit de Zmirot, on peut être indulgent (et on ne réagira pas).

Je regrette de ne pas avoir fait part de cette trouvaille à l’auteur du Making of a Godol, rav Nosson Kamenetski, qui est hélas décédé à Shavouot 5779 (ou en veille de Shavouot).
Nous étions pourtant en relation par email, j’ai laissé traîner ce point, dommage.

Ce Rav avait encore énormément à nous apprendre (il prévoyait d’autres tomes de son livre, mais a été refroidi par l’accueil glacial qui lui a été fait…), c’est une grande perte pour la connaissance de l’histoire rabbinique et la construction des Hashkafot qui en dépend.
Montrer les messages depuis:
Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum