Techouvot.com

La réponse de qualité à vos questions

Une rencontre pour l’éternité... Paracha Vaychlah

Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
webmaster
Messages: 135
Une rencontre pour l’éternité

Par le Rav Chalom Bettan de la yechiva Daat Haim


Yaacov quitte son terrible beau-père Lavan et se dirige vers la terre d’Israël. Pour lui annoncer son retour, il envoie des messagers à son frère Essav, qui réside à Séïr. Cette rencontre sera véritablement historique, car elle va marquer et fixer nos relations avec les autres Nations pour le reste de l’éternité…
Quand Essav reçoit la visite des messagers de son frère, il n’est pas dans de très bonnes dispositions. En fait, il est plein de haine pour son frère Yaacov, qu’il considère comme celui qui lui a usurpé son droit d’aînesse et qui lui a volé les bénédictions de son père, Isaac.
Il décide donc de lever une troupe armée et se dirige vers Yaacov pour le tuer.
Cette rencontre, dans tous ses détails, y compris l’attitude de chacun des protagonistes, va fixer pour toujours le type de relations que le peuple juif entretiendra avec le reste des Nations. La compréhension de cette situation particulière donne une perspective globale des équilibres en jeu.
« L’action des pères est un signe pour leurs enfants », commentent nos sages Dans le mot « signe », il faut comprendre « l’acte qui fixe le niveau » de toutes les nations pour toujours. L’action des pères marque le niveau spirituel de leurs enfants. Car il faut savoir que le niveau des peuples, du peuple juif comme celui des autres, est en fait leur niveau spirituel.
Un antagonisme permanent
Nos Sages de mémoire bénie, font état de soixante-dix nations, et de deux chefs de files, que sont Essav et Ismaël. Leur rivalité est constante et incontournable. Actuellement, nous assistons à la résurgence de cette lutte qui opposent ceux qui veulent imposer au monde les valeurs tronquées qu’ils représentent.
D’un côté, nous avons Ismaël, fils d’Avraham, mais qui n’est que le fils de la servante. Et quoiqu’il arrive, il se comporte comme un usurpateur.
Dans la Thora, Ismaël ne possède pas de rois, seulement des chefs de peuplades, ce qui montre qu’Ismaël n’accédera jamais à un statut de dirigeant. « Tels sont les fils d’Ismaël et tels sont leurs noms, chacun dans la bourgade et dans son domaine : douze chefs de peuplades distinctes. » (‘Hayé Sara, 25 ; 16)
Quant à Essav, on voit dans la Parachat Toldoth, qu’il n’est pas à la hauteur de sa mission. Izt’hak aurait souhaité que les deux frères, Yaacov et Essav, soient associés dans la mission qu’Hachem a confié au peuple juif : Essav pour la réalisation matérielle, Yaacov pour les orientations spirituelles.
Or, Rivka constate qu’Essav n’est pas au niveau des espérances de son père : il n’a pas la carrure ni la droiture requise. Malgré tout, Essav parviendra à obtenir une bénédiction de son père : quand Yaacov baissera de niveau, Essav prendra le dessus.
Ainsi, Yaacov n’a pas le droit à l’erreur ; s’il faute, s’il ne tient plus son rôle, c’est Essav qui dirige le monde.
Depuis la destruction du Temple, le peuple juif a perdu son indépendance spirituelle et a dû laisser Essav, l’Occident, prendre le pouvoir. Quand elle parle d’Essav, la Thora, dans notre paracha, le désigne sous le terme de Roi : « Ce sont ici les Rois qui régnèrent dans le pays d’Edom, avant qu’un roi régnât sur les enfants d’Israël. » (Vayichla’h, 36 ; 31).
Cette différence de statut, entre Ismaël et Essav, soulignée par la Thora, apparaît dans les contrastes qui existent entre l’Orient et l’Occident.
Nos Sages expliquent que cette lutte est gigantesque, et que ses enjeux sont fondamentaux.
Mais la Thora ne se contente pas de constater, elle nous indique également la conduite à suivre pour éviter les embûches de l’exil.
Yaakov représente justement le Juif de l’exil. La plus grande partie de sa vie, il fut contraint à vivre en dehors d’Eretz Israël.
La paracha de cette semaine est appelée la paracha de l’exil par le Midrach (cf. Nahmanide 33 ; 15), car elle nous indique justement comment se comporter dans l’obscurité de l’exil. Il est intéressant de savoir que nos Sages, à chaque fois qu’ils devaient se présenter à Rome relisaient et réétudiaient cette paracha.
Penchons-nous donc quelques instants sur l’attitude de notre père Yaacov dans ses rapports avec son frère Essav.
A mon seigneur Essav…
Yaacov décide tout d’abord de prévenir son frère de son arrivée, ce à quoi il n’était pas obligé. Il charge des émissaires de transmettre ce message : « Vous direz ainsi à mon seigneur, à Essav : Ainsi parle ton serviteur Yaacov » (32 ; 5), et plus loin : « A mon seigneur, Essav, pour obtenir faveur à ses yeux. » (32 ; 7) On le voit, Yaacov se fait petit devant son frère Essav.
De cette attitude découlera comme une sorte de décret pour le peuple juif : il ne pourra pas se battre ouvertement contre Essav, et ce jusqu’à la fin des temps. Et on a pu le constater, tout au long de l’histoire, le peuple juif a dû chercher des compromis pour vivre avec les autres peuples. Nous sommes contraint de rechercher à tout prix les équilibres dans cet antagonisme.
Un enjeu extraordinaire
Car c’est bien ici que se trouve l’enjeu exposé par la Thora. Les patriarches ont atteint un niveau spirituel individuel fixant ainsi la dimension de la nation juive. On peut d’ailleurs voir, toujours dans la paracha de cette semaine, que ce qui touche les patriarches concerne tous les Juifs, pour toujours.
Après la bataille avec l’ange, Yaacov est blessé au nerf sciatique : « C’est pourquoi les enfants d’Israël ne mangent point, aujourd’hui encore, le nerf sciatique, qui tient à la cavité de la cuisse. » (32 ; 33).
Le peuple juif dans son ensemble doit faire un travail de perfection, pour d’abord « concrétiser » collectivement ce à quoi sont parvenus nos patriarches individuellement. Et ensuite poursuivre l’œuvre de perfection humaine afin que le peuple juif mérite d’être les représentants de la divinité.
User de diplomatie
Mais l’on peut se demander pourquoi Yaacov a-t-il choisi d’adopter cette attitude. C’est d’ailleurs le sens du Midrach raba dans notre paracha, qui émet une critique vis à vis de notre patriarche :
Pourquoi provoquer Essav alors que rien n'obligeait Yaacov à le prévenir de son arrivée ? La raison est qu’il n’a pas voulu se battre contre son frère par peur de tuer ou de se faire tuer. Il a donc préféré user de diplomatie pour obtenir la paix.
Un peu plus loin, le Midrach semble au contraire respecter la décision de Yaacov puisqu’il relate l’anecdote suivante…
Rabbi Yehouda Hanassi dicta à son secrétaire une missive destinée à Antonin, consul Romain en Israël, qui commençait par les mots suivants : « De ton serviteur Juda à notre maître, le roi Antonin ». Son secrétaire lui demanda : «Pourquoi te rabaisser ainsi devant lui ?»
« Suis-je mieux que notre père Yaacov », lui répondit-il, qui s’adresse à Essav dans les termes que nous connaissons. Ainsi, le Midrach montre le rapport entre les nations qui a été fixé pour toutes les générations par l’action de Yaacov.
Sous un certain aspect, le Midrach semble critique, sous un autre, il semble respecter l’attitude de Yaacov comme étant un exemple.
Il apparaît des paroles de nos sages dans ce Midrach que Yaacov avait les capacités spirituelles d’ignorer Essav et de ne pas se rabaisser devant lui. Une fois qu’il n’a pas mené cette lutte, nous n’avons pas la les forces spirituelles nécessaires pour le faire.
L’attitude des Nations à l’égard du peuple juif
Nous voyons que la réaction d’Essav fut pour le moins imprévue, et qu’elle tend à prouver que Yaacov avait vu juste. En effet, le verset (33 ; 4) stipule : « Essav courut à sa rencontre, l’embrassa, se jeta à son cou et ils se mirent à pleurer. »



Il est intéressant de se référer au commentaire de Rabbi Shimon Bar Yohaï, rapportée par Rachi (33 ; 4) : « Rabbi Shimon Bar Yohaï explique que c’est un principe fondamental que Essav hait Yaacov, mais qu’à cet instant précis, il eut pitié, et il l’a embrassé de tout son cœur. » Essav a beau nous sourire, il nous hait. Rav Chah zatzal disait à ceux qui arguaient que les Etats-Unis soutiennent inconditionnellement Israël, qu’au départ, à l’ONU, les Etats-Unis s’étaient opposés à la création de l’état hébreu, alors que l’URSS et la France y étaient favorables. Par la suite, quand les intérêts des uns et des autres ont changé, les deux grands blocs ont inversé leurs positions…
Parce que nos patriarches ont fixé un certain rapport entre nous et les autres peuples et parce que notre mission est de concrétiser leurs actions au niveau national, nous devons nous inspirer des actes de nos ancêtres. Nous avons la chance immense de posséder un livre qui nous indique le chemin pour s’orienter dans le dédale de l’exil, alors que nous vivons sans Temple et sans présence d’Hachem révélée dans le monde, cela jusqu’à l’ère messianique.

Yaacov n’a pas osé lutter, et c’est ainsi qu’est fixée notre relation avec les peuples. Ne pas chercher à attiser la haine et savoir faire profil bas quand il le faut, voilà sans doute l’une des leçons de sagesse que nous livre la Thora…
Montrer les messages depuis:
Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum