Techouvot.com

La réponse de qualité à vos questions

Neumes -les Teamim

Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
RB
Messages: 7
Bonjour,

D'où viennent les Taamim (neumes) ? Est-ce une halakha léMoché Misinaï ou bien est-ce postérieur ? D'où viennent et que veulent dire leurs noms et leurs symboles ?

J'avais lu une fois qu'il y a différents niveaux de lecture d'un texte : les lettres, les voyelles, les taamim et un quatrième (que j'ai oublié). Il me semble que c'était un livre du Rav Ménaché. Est-ce vrai que les taamim sont un des plus hauts niveaux ?

D'où viennent les différents airs de lecture et comment se fait-il qu'il y en ait plusieurs justement ? Pourquoi certaines similitudes se retrouvent (par exemple on descend la voix pour le tévir, on oscille pour le zarka, on coupe pour le passek etc..) ?


Enfin, la halakha dit que par exemple la lecture du Chéma doit être lue systématiquement avec les taamim. Plus généralement, j'avais entendu que cela concerne tout passage écrits avec des taamim. Pourquoi donc se permet-on par exemple de dire les tehilim (pessoukei dezimra et autres) sans chanter ? Est-ce différent pour le Houmach?


Merci par avance,

RB.
Rav Binyamin Wattenberg
Messages: 5590
Trop de questions entraînent forcément des réponses plus brèves.

Je vous cite:

Citation:
D'où viennent les Taamim (neumes) ? Est-ce une halakha léMoché Misinaï ou bien est-ce postérieur ?


C’est discuté.
Je dirais que les sigles et leurs noms sont postérieurs au Sinaï, mais pas ce qu’ils sous-entendent.
Ces airs de cantillation déterminent le sens des phrases et en cela, ils « datent » du Sinaï.

De nombreux kabbalistes veulent dire que leurs noms et même leurs sigles dateraient du Sinaï, ils s’y sentent contraints en raison de leur présence dans les enseignements du Zohar, comme le Zakef Gadol (Zohar I, 24a) ou la forme du Zarka (Zohar III, 205b).

Le Rav Shick indique dans son Torah Shleima (III, daf 171a) qu’il apporte dans son livre plus de 200 preuves à l’ancienneté des Nekoudot et des Teamim. Voir la liste des références plus haut (daf157b).
Mais ces preuves sont discutables.


Citation:
et que veulent dire leurs noms et leurs symboles ?


Les noms et symboles des Teamim ont un sens et renvoient à l’air qu’ils représentent.
Par exemple Darga signifie un escalier, des marches.
Tevir signifie cassé, on casse l’escalier. Etc.

Je vous laisse avec votre imagination pour mieux comprendre.
Et je souligne au passage que leurs noms étant en araméen, cela indique aussi leur nomination tardive.
Veday Lamévin.

Le Gaon de Vilna a proposé quelques Remazim très sympathiques en se basant sur les noms des Teamim d’un passouk qui donnaient une phrase en araméen.

Citation:
J'avais lu une fois qu'il y a différents niveaux de lecture d'un texte : les lettres, les voyelles, les taamim et un quatrième ... Est-ce vrai que les taamim sont un des plus hauts niveaux ?


Non, c’est faux.

Les Teamim ne sont pas un plus haut niveau que les lettres elles-mêmes.

Mais je remarque que j’ai mal lu et vous écrivez qu’ils seraient « un des plus haut » (et pas forcément « le plus haut »).
Cela ne veut pas dire grand-chose lorsqu’il n’y a que si peu de candidats…

Quoi qu’il en soit, c’est le genre d’assertions qui n’ont ni valeur, ni teneur, ni sens, ni intérêt, ni compréhension unanime.

Bref, on peut tout dire avec ce type de phrases et on peut surtout s’égarer dans des considérations très éloignées de la ‘Hokhma et de ce que la Torah attend de nous.


Citation:
D'où viennent les différents airs de lecture et comment se fait-il qu'il y en ait plusieurs justement ?


Ces airs sont inspirés/influencés par les airs religieux des non-juifs des pays en question.
Les Teamim des pays du Maghreb, ainsi que les autres airs liturgiques propres à ces communautés, sont calqués sur des airs musulmans (et parfois simplement arabes).
Idem pour les airs ashkenazes en Europe (et surtout en Italie) qui sont inspirés (voire parfois copiés) des chrétiens. (Cf. Shout Krakh Shel Romi §1) (voir aussi -daf 4a- ce qu’il témoigne sur des rabbanim de Smyrne à ce sujet…)

Voir encore ce que j’ai écrit ici : http://www.techouvot.com/alala-vp51024.html#51024

Citation:
Pourquoi certaines similitudes se retrouvent (par exemple on descend la voix pour le tévir, on oscille pour le zarka, on coupe pour le passek etc..) ?


Car ces Teamim ont une origine juive commune, avant que nos ancêtres ne se répandent dans tous ces pays d’Europe et d’Afrique.
Ces airs ont été influencés localement au cours des siècles, mais il y a une base, liée à leurs noms et leurs sigles (même si leurs noms diffèrent parfois un peu entre safardim et ashkenazim).

Le Passek dont vous parlez est là pour « couper », d’où sont nom. Lifsok signifie trancher, comme ce que fait un possek, un décisionnaire qui tranche la Halakha. Un « passouk » (verset) est un morceau de texte « coupé », sectionné. Le Passek vient donc « couper » la lecture et c’est pourquoi il est représenté par un trait vertical qui sépare et tranche entre deux parties de la phrase.

Le sigle du Zarka aussi indique que la voix doit osciller, le Zarka se dandine et se tord comme un serpent (cf. Zohar III, 205b).

Citation:
Enfin, la halakha dit que par exemple la lecture du Chéma doit être lue systématiquement avec les taamim. Plus généralement, j'avais entendu que cela concerne tout passage écrits avec des taamim. Pourquoi donc se permet-on par exemple de dire les tehilim (pessoukei dezimra et autres) sans chanter ? Est-ce différent pour le Houmach?


Veuillez poser cette question séparément, elle n’a rien à voir avec le fond du sujet.

[Il est important de ne pas regrouper les questions, d’une part on ne les retrouve plus ensuite et d’autre part ça décourage celui qui répond d’y répondre lorsqu’il voit la quantité de questions posées en un seul post.
En découpant et séparant les questions, ça permet de pouvoir y répondre une à une et nécessite moins de temps.]
Merci.
Reb Manès
Messages: 30
Cher Rav,

Par rapport aux differents niveaux, ce que dit votre interlocuteur est parfaitement juste : c'est ce que rapportent les livres de 'hassidout au nom de la Kabbale.

Les lettres correspondent au olam haassiya;
Les tagim au olam hayetsira
Les points au olam haberi'a
Les teamim au olam ha-atsilut.

Ce sujet est abordé dès le début du Zohar (I:15b). Le Zohar compare égalent ces différents éléments aux différentes parties de l'âme et encore d'autres métaphores (il n'y est pas question des tagim par contre).

Ce sujet est rapporté dans beaucoup de classiques de la 'Hassidout (Ohev Israël sur Houkat, Derekh Hamelekh sur Pin'has, etc.).
Le Rav Kook y a consacré un bref livre "Resh Milin".

Bref, j'étais désolé de lire sous votre plume que ces idées n'ont rien à voir avec la Hokhma de la Tora. Elles relèvent tout au contraire de la Hokhmat ha-Emet au sens le plus profond du terme.

Merci pour votre travail inlassable !
Rav Binyamin Wattenberg
Messages: 5590
Citation:
Par rapport aux differents niveaux, ce que dit votre interlocuteur est parfaitement juste: c'est ce que rapportent les livres de 'hassidout au nom de la Kabbale.

Les lettres correspondent au olam haassiya;
Les tagim au olam hayetsira
Les points au olam haberi'a
Les teamim au olam ha-atsilut.

Ce sujet est abordé dès le début du Zohar (I:15b). Le Zohar compare égalent ces différents éléments aux différentes parties de l'âme et encore d'autres métaphores (il n'y est pas question des tagim par contre).

Ce sujet est rapporté dans beaucoup de classiques de la 'Hassidout (Ohev Israël sur Houkat, Derekh Hamelekh sur Pin'has, etc.).
Le Rav Kook y a consacré un bref livre "Resh Milin".

Bref, j'étais désolé de lire sous votre plume que ces idées n'ont rien à voir avec la Hokhma de la Tora. Elles relèvent tout au contraire de la Hokhmat ha-Emet au sens le plus profond du terme.

Merci pour votre travail inlassable !


Je vous cite :

Citation:
Par rapport aux differents niveaux, ce que dit votre interlocuteur est parfaitement juste

Je n’en suis pas persuadé.
Une idée existe, il faut la comprendre convenablement, mais je pense qu’il est faux de dire que les Teamim seraient plus importants que les Otiot et Nekoudot.

Si les Teamim correspondent au Olam Haatsilout, cette obscure correspondance ne doit pas nous tromper ni nous égarer : les Otiot et Nekoudot restent les plus importantes et essentielles, qu’elles correspondent au Olam Haassia ou Habria ou peu importe.

C’est ce que vient dénoncer Rabénou Menashé Me-ilia dans son Alfei Menashé (II, §35, daf 25d) où il critique les égarements de ceux qui se disent que les Teamim seraient le niveau le plus élevé des Tanta (טנת"א), ce qui est directement lié, selon lui, à l’idée de certains kabbalistes que la simple lecture d’un texte pourrait suffire, bien qu’elle soit dénuée de compréhension.
Ils font de l’étude un « Inian Segouli ». (עפ"י דעתם המשובשת שהלימוד הוא ענין סגולי).

Bref, la kabbale c’est bien beau, mais il faut savoir l’interpréter, sinon on s’imagine que les Teamim sont réellement plus importants que les Otiot et Nekoudot, ce qui est faux.

Je me doute que certains ‘kabbalistes’ parmi nos lecteurs estimeront que je suis dans l’erreur et vous diront de ne surtout pas me croire, mais je n’ai pas la prétention de présenter autre chose que la Torah que j’ai apprise, si leur religion est différente de la mienne, je n’y peux rien.

Chacun est libre de choisir, je présente ce que mes maîtres m’ont transmis, c’est tout.
Et dans MA Torah (ainsi que dans celle de Rabénou Menashé Me-Ilia et de tant d'autres Gdolei Israel), les Teamim sont infiniment moins important que les Otiot et Nekoudot, quant à l’idée des correspondances avec les différents « mondes », elle doit être comprise autrement, ou plutôt à un autre niveau.

Citation:
Bref, j'étais désolé de lire sous votre plume que ces idées n'ont rien à voir avec la Hokhma de la Tora.

Il n’y a pas de quoi être désolé, je n’ai pas dit « que ces idées n'ont rien à voir avec la Hokhma de la Tora », j’ai juste dit que cette idée est fausse, ce qui signifie que telle que perçue, c’est faux.

Citation:
Elles relèvent tout au contraire de la Hokhmat ha-Emet au sens le plus profond du terme.

Selon moi, pas dans le sens que lui donne tout lecteur classique.
Comme dans beaucoup de notions kabbalistiques, les mots sont souvent insuffisants pour comprendre l’idée.
Montrer les messages depuis:
Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum