Techouvot.com

La réponse de qualité à vos questions

Rabba Bar Bar Hana

Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
modo
Messages: 101
Bonsoir Rav,

Lorsqu'on voit Rabba Bar Bar Hana apparaître dnas le talmud : son père s'appelait Bar Hana ou est ce une appellation qui a un autre sens ?
Rav Binyamin Wattenberg
Messages: 6262
Citation:
Lorsqu'on voit Rabba Bar Bar Hana apparaître dnas le talmud : son père s'appelait Bar Hana ou est ce une appellation qui a un autre sens ?


Dire que le nom de son père était appelé « Bar ‘Hana » n’est pas acceptable selon Tosfot (Sanhédrin 5a) [-mais voyez Ben ‘Héled (maamar 12, daf 19a) et le Beit Vaad La’hakhamim du Melo Haroïm (Reish §17 note 4)].

Néanmoins certains pensent que son père est celui qui est appelé dans le Talmud « Raba Bar ‘Hana », le fils aurait donc été appelé Raba « Bar Bar ‘Hana ».

C’est ce que défend R. Z. Fraenckel dans son Mevo Hayeroushalmi (Breslau 1870, daf 57a). Voir aussi Hatalmoud Veyotsrav (A. M. Naftal) (II, p.128 dans la note).

[D’après cela, le père et le fils portaient le même prénom.
Mais il semble que le père fut Raba et le fils Rava, car son prénom était אבא.
Ce que l’on comprend aussi du Séder Hadorot (II, daf 166a), qui indique qu’il y a eu 2 Amoraïm nommés רבב"ח et que pour l’un d’eux c’était avec un Alef רבא בב"ח, alors que l’autre c’était avec un Hé רבה בב"ח.]


Il y a une preuve à cette position (que Raba Bar Bar ‘Hana était le fils de Raba Bar ‘Hana) à partir du Yeroushalmi Brakhot (VIII, 5) (cf. Toldot Tanaïm Veamoraïm p.1078), mais Rav Ber Ratner la repousse dans Ahavat Tsion Viyeroushalayim (ad loc) en indiquant qu’il y a une erreur de Guirsa dans le Yeroushalmi.

D’autres, comme Rav Eliezer Wogue (Lazare Wogue, de Paris) dans son Sekhiot Ha’hemda (Mayence 1877, tome 1, p.173), pensent que c’est une seule et même personne, appelée Raba Bar ‘Hana et parfois, par erreur (de copistes), Raba Bar Bar ‘Hana.
[Voyez cependant le Rav Berlin dans Haflaa Shebaarakhin (sv. Names 2), le Melo Haroïm dans son Beit Vaad La’hakhamim (lettre Reish §17), ainsi que A. M. Naftal dans Hatalmoud Veyotsrav (III, p.170 dans la note).]

Dans tous les cas, le ‘Hana qui était le père ou le grand-père de notre protagoniste, était un des frères de Rabbi ‘Hiya (cf. Sanhédrin 5a).

[‘Hana ne serait pas un nom de femme, il faudrait distinguer entre חנה (avec Hé) féminin et חנא (avec Alef) masculin.
Voyez Sanhédrin (5a) (Prénom masculin que nous retrouvons aussi dans Rav ‘Hana Bar Bizna, Rav ‘Hana Bar ‘Hanilay, Rav ‘Hana Begadtaa/Bagdataa, et d’autres).
Il se peut aussi qu’il faille ponctuer חנא autrement lorsque le nom se termine par un Alef, Rav Yaakov Reifmann (Pesher Davar p.23) considère que le Nikoud serait ‘Hirik Kamats, c-à-d Rav ‘Hina. Qui viendrait du mot ‘Hen, la grâce. Déclinaison semblable à ‘Hisda (pour ‘Hessed).
Il ne savait pas qu’il avait été devancé en cela par Rabbi Peta’hia Berdugo dans son Shout Nofet Tsoufim (Y’’D §10, daf 17d, sv. Oumihou), ainsi que dans son Pitou’hei ‘Hotam sur Souka (daf 56).

Cependant, voyez Tshouvot Hagueonim Lyck (§12), Tshouvot Hagueonim Harkavy (§441 ou 444) et Tshouvot Hagueonim Shaarei Tshouva (§19), pour qui ‘Hana (avec un Alef) était une femme, sœur (ou fille ? -le ‘Hida dans Ayin Zokher (Reish §7) suppose que c’est une erreur de copiste dans la version du Shaarei Tshouva et qu’il faut lire sœur) de Rabbi ‘Hiya et mère ou grand-mère de Raba Bar Bar ‘Hana.
C’est aussi la position du Nofet Tsoufim (op cit), pas comme le Tosfot (Sanhédrin 5a).]
Montrer les messages depuis:
Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum