Techouvot.com

La réponse de qualité à vos questions

Ta Chma' / Bo Ouréh, quelles différences ?

Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
OAPerez
Messages: 298
Chalom Rav.

On trouve dans le Talmud des expressions qui reviennent régulièrement, notamment « Ta Chma' » et - moins souvent - « Bo Ouréh ».
(Dans la Kabbale, au lieu de « Bo Ouréh », il y a l'expression équivalente araméenne « Ta 'Hazei »).

Quelles différences y a-t-il entre ces deux expressions ?
Pourquoi des fois le Talmud emploie plutôt le terme « Ta Chma' », et d'autres fois il emploie plutôt le terme « Bo Ouréh », et qu'est-ce que cela vient signifier et nous faire comprendre ?


Merci d'avance.
Kol Touv.
Rav Binyamin Wattenberg
Messages: 5428
Citation:
On trouve dans le Talmud des expressions qui reviennent régulièrement, notamment « Ta Chma' » et - moins souvent - « Bo Ouréh ».
(Dans la Kabbale, au lieu de « Bo Ouréh », il y a l'expression équivalente araméenne « Ta 'Hazei »).
Quelles différences y a-t-il entre ces deux expressions ?
Pourquoi des fois le Talmud emploie plutôt le terme « Ta Chma' », et d'autres fois il emploie plutôt le terme « Bo Ouréh », et qu'est-ce que cela vient signifier et nous faire comprendre ?


Beaucoup se complaisent à dire et répéter que la cabale utilise « Ta ‘Hazei », viens et vois, car il s’agit de voir, de comprendre en profondeur, alors que le Talmud utilise l’expression « Ta Shma », viens écoute, car il ne s’agit que de la compréhension humaine, terre à terre, moins mystique et moins profonde.

Je m’inscris en faux et refuse cette explication qui trahit souvent, en réalité, un mépris pour le Talmud.

Elle est déjà mise à mal par ce que vous soulignez : on trouve aussi « Bo oureé » dans le Talmud.

En fait, on trouve même « Ta ‘Hazei » dans le Talmud. Certes moins fréquemment que dans le Zohar, mais ces expressions s’y trouvent tout de même.

Je penche plutôt pour une distinction entre les sujets Agadiques et Halakhiques.
Lorsque c’est Halakhique, on utilise plus facilement « Ta Shma », car il s’agit d’une « Shmoua », d’un enseignement oral reçu.
Mais lorsque l’on parle d’un sujet Agadique, où il s’agira de rapporter une réflexion plutôt qu’une Shmoua/un enseignement reçu, c-à-d qu’on pouvait y réfléchir et le remarquer tout seul, par nous-mêmes, dans ce cas on dit plus facilement « Ta ‘Hazei » ou en hébreu « Bo Oureé ».

C’est une manière de dire « ouvre les yeux et vois » (car ce qu’il faut voir se trouve déjà devant toi), ce qui ne correspond pas à l’apport d’un enseignement dont on ne disposait pas encore, où l’on dire « Ta Shma », viens et écoute ce nouvel enseignement que tu ignorais.

On peut aussi dire que les parties Agadiques étaient souvent mises à l’écrit dans des livres réservés à cet effet, alors que les parties halakhiques devaient rester à l’oral.
Donc pour une Agada on peut dire « viens et vois », puisque c’est écrit.
Cette explication se retrouve dans le Ben Ish ‘Haï (Drashot, début de lekh Lekha), mais la première présente l’avantage d’expliquer cette expression même pour les endroits où il ne s’agit pas d’un texte qui aurait pu être écrit, mais uniquement d’un appel à la réflexion.

En tout cas, le distinguo Halakha vs Agada se retrouve dans les deux explications.

Voilà pourquoi on trouve beaucoup plus de « Ta ‘Hazei » dans le Zohar que dans le Talmud.
et aussi beaucoup plus de « Bo oureé » dans le Midrash que dans le Talmud.

Le Ben Ish ‘Haï (op cit), à la suite, rapporte au nom des commentateurs, une autre distinction expliquant cette différence de langage : Erets Israel est « be’hinat reïya » alors que ‘houts laarets est « be’hinat Shmia ».
Il explique cela en disant qu’en ‘Houts laarets, mes miracles sont « recouverts », il faut donc un ‘hakham qui puisse nous les indiquer/souligner, c’est donc l’ouïe qui est utilisée. Alors qu’en Israël, on constate les miracles avec nos yeux.

C’est bien beau, mais je ne comprends pas qui parle de « miracles » ? Lorsque ces textes utilisent « Ta Shma » ou « Ta ‘Hazei », ce n’est pas pour indiquer un miracle, mais plutôt un enseignement ou une réflexion.

De plus, là encore, il faut objecter que l’expression « Ta ‘Hazei » (ainsi que « Bo oureé) se retrouve(nt) aussi dans le Talmud !

Je préfère donc mon explication ou celle du Ben Ish ‘Haï.
OAPerez
Messages: 298
Chalom Rav Wattenberg.

Vous avez dit, je cite :

Beaucoup se complaisent à dire et répéter que la cabale utilise « Ta ‘Hazei », viens et vois, car il s’agit de voir, de comprendre en profondeur, alors que le Talmud utilise l’expression « Ta Shma », viens écoute, car il ne s’agit que de la compréhension humaine, terre à terre, moins mystique et moins profonde.


Pour ma part, j'ai appris d'un Dayan que si dans la Kabbale on utilise souvent le terme « Ta 'Hazei », c'est parce que dans le Talmud, il suffit d'entendre / de comprendre les enseignements qui y sont rapportés (Ta Chma'), alors que pour la Kabbale, si on n'est pas capable de « voir » (Ta 'Hazei), ça veut dire que la Kabbale, ce n'est pas [encore] pour nous.
(Que veut dire « voir » ? J'ignore).


Est-ce de cela dont vous parliez précédemment ?
Comment faire la part des choses avec cela, sachant que c'est quand même un Dayan qui a dit cela ?



Merci encore.
Kol Touv.
Rav Binyamin Wattenberg
Messages: 5428
Citation:
Pour ma part, j'ai appris d'un Dayan que si dans la Kabbale on utilise souvent le terme « Ta 'Hazei », c'est parce que dans le Talmud, il suffit d'entendre / de comprendre les enseignements qui y sont rapportés (Ta Chma'), alors que pour la Kabbale, si on n'est pas capable de « voir » (Ta 'Hazei), ça veut dire que la Kabbale, ce n'est pas [encore] pour nous.
(Que veut dire « voir » ? J'ignore).


Si vous l’ignorez, c’est que ce n’est pas encore pour vous 😊

Citation:
Est-ce de cela dont vous parliez précédemment ?


Pas exactement la même chose, mais plus ou moins du même acabit.

Je parlais plutôt de ce qu’on peut lire dans le Kountras Hayediot du Baal Shem de Michelstadt (p.47) au nom du Sfat Emet de R. Its’hak Satanov.

(on pourrait être étonné que le baal Shem cite ce rabbin très controversé, mais ceux qui sont habitués aux écrits du Baal Shem et en particulier du Kountras Hayediot, se souviennent certainement qu’il cite aussi Mendelssohn (p.41 et 42) et d’autres auteurs encore plus décriés que R. Satanov.)

Citation:
Comment faire la part des choses avec cela, sachant que c'est quand même un Dayan qui a dit cela ?

Vous écrivez « Dayan », mais cela ne change rien et n’importe pas, ce qui importe c’est « Talmid ‘Hakham ».

Si un Talmid ‘Hakham vous dit une chose que vous trouvez étrange, tentez de le questionner pour mieux comprendre.
Si cela ne donne rien, mettez l’information de côté pour plus tard.

Mais si celui qui vous raconte des choses bizarres n’a de Talmid ‘Hakham que la renommée (et le chapeau), il suffira de « changer de crèmerie ».

Concernant ce point, ce n’est qu’une broutille, que vous le compreniez ou non, ça ne change pas grand-chose.
Ce n’est pas du tout un point essentiel et important de la religion/hashkafa.

Cependant, s’il vous dit quelque chose et que vous ne comprenez pas ses mots, vous ne perdez rien à le questionner sur son intention.
Montrer les messages depuis:
Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum