Techouvot.com

La réponse de qualité à vos questions

Prénom Batia ou Bitia ?

Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Décision
Messages: 16
Bonjour Rav,

En lisant vos réponses sur ce site, j'ai remarqué plusieurs fois que vous nommez la fille de Paro "Bitia". Avant de nommer ma fille, je voulais savoir quel était réellement le prénom de la fille de Paro: Batia ou Bitia ? Un Rav m'a dit Batia.
S'il s'agissait de Bitia, je n'aurais pas donné ce prénom car il ne me plaît pas.
Quel est le vrai prénom, Batia ou Bitia svp ? Nous avons l'habitude de l'appeler Batia, comment dois-je appeler ma fille aujourd'hui ?

Merci.
Rav Binyamin Wattenberg
Messages: 6262
Citation:
En lisant vos réponses sur ce site j'ai remarqué plusieurs fois, que la fille de Paro vous la nommez " Bitia". Avant de nommer ma fille, je voulais savoir quel était réellement le prénom de la fille de Paro Batia ou Bitia. Un Rav m'a dit Batia. S'il s'agissait de Bitia je n'aurais pas donné ce prénom car il ne me plaît pas. Quel est le vrai prénom Batia ou Bitia svp? Comment dois je appeler ma fille aujourd'hui ? (Nous avons l'habitude de l'appeler Batia)


La fille de Paro est nommée Bitia dans Divrei Hayamim (I,IV,18) (Bitia bat Paro), c’est, il me semble, la seule occurrence dans le Tanakh.

Il apparait dans plusieurs textes midrashiques que cette Bitia serait bien celle de Moshé [mais on trouve aussi des textes qui font preuve d’une confusion déroutante. Ainsi le Midrash Talpiot (daf 112b-c) cite le Yalkout David (Parshat Shemot, Varsovie 1879, daf 31c) qui nous dit, au nom du Zohar, que Bitia, Tsipora et Moshé étaient… des triplés !! Que Bitia et Tsipora auraient été (respectivement) recueillies par Paro et Yitro etc. Et que Moshé avait le droit d’épouser sa sœur, mais qu’il n’a pas pris Bitia car même en ayant renié la Avoda Zara de son père (adoptif), il lui en restait des traces, c’est pourquoi il aurait préféré épouser Tsipora etc.
Pris à la lettre, c’est délirant. Et comment Bitia aurait-elle tiré Moshé des eaux en ayant son âge ?
Et ce prétendu « Zohar » ne se trouve pas dans le Zohar. Le Midrash Talpiot le souligne.]


Et si l’on dit que le verset de Divrei Hayamim parle de la fille d’un Paro tardif (prénommée elle aussi Bitia) et non de la Bitia qui a tiré Moshé des eaux, cette dernière ne serait alors pas nommée dans la Bible (mais uniquement par le Midrash).

Le Otsar Ishei Hatanakh (‘Hassida) (p.87-88) recense 2 Bitia (Bat Paro), la première est celle de Divrei Hayamim qu’il considère être celle de Moshé (suivant en cela les Midrashim, comme à son habitude), et la seconde est Bitia l’épouse de Shlomo Hamelekh (Melakhim I, 3,1).
Mais nulle part le texte de la Bible prénomme cette épouse de Shlomo "Bitia", elle est seulement appelée "Bat Paro".
Son prénom est cependant indiqué dans le Midrash Vayikra Raba (XII, 5). C’est à croire que toute fille de (tout) pharaon est appelée Bitia par les rabbins.

Bref, les sources fiables quant à la ponctuation (c-à-d le Tanakh) ne parlent pas de Batia mais seulement de Bitia.

Plus encore, dans le Midrash Vayikra Raba (I, 3), en dépit de l’absence de ponctuation, il semble clair que ce prénom ne soit pas à lire « Batia » mais Bitia. Le midrash dit :
אמר לה הקדוש ברוך הוא לבתיה בת פרעה, משה לא היה בנך וקראתו בנך, אף את לא את בתי ואני קורא אותך בתי, שנאמר אלה בני בתיה, בת יה
« D.ieu dit à Bitia bat Paro : Moshé n’était pas ton fils mais tu l’as appelé ton fils, alors toi aussi, bien que tu ne sois pas ma fille je t’appelle ma fille, comme il est dit Bitia, Bat-Ya ».
Si le prénom se lit Batia, il n’était pas nécessaire de nous proposer cette sorte de "Al Tikrei" en répétant les lettres בתיה avec un espacement pour en faire deux mots, on le comprenait tout seul.

Il se peut que, selon des justifications grammaticales, on puisse nous expliquer que le nom Bitia et Batia soient identiques mais subissent des déclinaisons différentes en fonction de leur contexte/emplacement dans la phrase/etc.
D’autres prénoms se trouvent dans la Bible avec un I et nous le donnons avec un A. Par exemple Milka se trouve dans la Bible [nièce d’Avraham dans Bereshit 11,29 ou fille de Tselof’had dans Bamidbar 26,33] et généralement il est ponctué Malka de nos jours (ponctuation absente de la Bible).

Concernant Bitia, je crois que « bat » (fille) se prononce avec un A uniquement lorsque qu’il vient sous sa forme la plus concise, mais dès que d’autres lettres suivent le Tav, la voyelle du Beit devient un ‘Hirik.
Par exemple Biti (ma fille), Bitekha (ta fille), Bito (sa fille), etc. Ainsi, lorsqu’il y a un suffixe, une suite, un terme accolé, on lit Bi et non Ba. D’où « Bitia » en place de Batia.
Ce qui signifie que « grammaticalement » il serait plus judicieux de dire Bitia, mais cela n’aurait d’autre sens que Batia.

En tout cas, le prénom BATIA (ou Batya) avec un A existe bien de nos jours, indépendamment de Bitia (qui existe aussi). Cf. Shout Har Tsvi (V, §144) et Shout Tsema’h Tsedek (E’’H §223).

Si les deux prénoms existent, le plus fréquent reste (il me semble) Batia.
Il est possible que les Sfaradim et les allemands nommaient Bitia alors que chez les (autres) Ashkenazim c’était plutôt Batia. (Idem pour Milka/Malka). (Les sfaradim et les allemands lisaient plus la Bible que les autres ashkenazim, ceci explique sûrement cela. Et cela laisse supposer que dans les milieux « mizra’hi », la forme Bitia doit être de nos jours plus représentée que dans les milieux « ‘harédi ».)

Certains disent que ce changement (par rapport au texte biblique, passer de Bitia à Batia) aurait été opéré pour ne pas nommer sa fille exactement comme l’aurait fait le pharaon, on aurait donc changé le I en A.

Ainsi, Batia ferait aussi référence à la fille de Paro, Tsadeket dont on aurait légèrement changé le nom. C’est ce qu’écrit le Shout Beèr Avraham (Pasweller) (§108 sv. Gam -éd. Makhon Yeroushalayim 2003, p.358).

[J’avais pensé expliquer que la fille de Paro aurait été prénommée Bitia à la naissance, mais qu’en se « convertissant » (cf. Sotah daf 12b) son nom aurait été changé de Bitia en Batia (ce qui ressemble un peu à ce que dit le Beèr Avraham). Mais ça ne tient pas trop la route car pourquoi le passouk dans Divrei Hayamim (la concernant selon le Midrash) est-il alors ponctué d’un ‘Hirik ? Après sa « conversion » il convient de l’appeler Batia ! Et puis cela ne correspondrait pas à l’habitude (sfarade et allemande) de nommer (aussi) Bitia de nos jours.
De plus, si l’adoption d’un prénom hébraïque suite à une conversion est très répandue de nos jours, ce n’était pas le cas à cette époque, ni même encore à celle des ‘Hazal, comme on le constate avec Onkelos, Issour Guiyora, et d’autres qui ont gardé leur ancien prénom même après leur conversion au judaïsme.]


Le sujet pourrait paraitre anodin et sans importance générale, mais il est hautement Halakhique, dans la mesure où la question se pose de savoir s’il convient d’orthographier (par exemple dans un Guet) le prénom Batia sous la graphie בתיה alors qu’il risquerait de se lire Bitia comme dans le passouk.
On pourrait aussi imaginer la graphie ביתיה avec un Youd supplémentaire pour distinguer ces deux prénoms. La question est débattue dans de nombreux Shoutim.

Le nom Batia ou Bitia veut dire la fille de D.ieu. Il se trouve que Ramses II (que certains considèrent être le Paro de la Torah) avait une fille nommée Bint-Anath. Ce qui veut dire fille d’Anath, Anath étant une divinité égyptienne. Donc « Fille de dieu » (enfin, fille de déesse en l’occurrence). Etrange similitude.
D’autant qu’il serait encore plus étrange d’imaginer que Paro ait nommé sa fille Batia/Bitia qui est en hébreu et qui veut dire la fille de « Ka ».

Selon les datations actuelles, Ramses II est trop jeune pour avoir connu la Sortie d’Egypte, d’après la tradition, elle a eu lieu en 2448 (ou 2449) c-à-d à peu près 3312 ans avant l’an (5760) 2000, donc vers -1313, soit quelques années avant la naissance de Ramses II.

De plus, Ramses II a épousé (entre autres) sa fille Bint-Anath… (il a aussi épousé encore 5 autres de ses propres filles. On est en Egypte en même temps…). On imagine mal Bitia/Bint-Anath mariée à son père le pharaon.
Mais il n’est pas exclu que le prénom Bint-Anath ait été donné plusieurs fois en Egypte à cette époque à des filles de différents pharaons (d’où l’habitude rabbinique de prénommer les filles de pharaons Bitia ?).

En conclusion je dirais que le prénom de la fille de Paro est Bitia, mais celui de votre fille est Batia (puisque les deux existent).

Certains considèrent que c’est le même prénom, avec deux déclinaisons, d’autres diront que seul Bitia est la fille de Paro et Batia est soit un autre nom qui n’a rien à voir, soit le même nom qui aurait été volontairement déformé/amélioré.

Le Rav qui vous a dit que la fille de Paro s’appelait Batia a commis une petite imprécision, mais dans la mesure où vous appelez votre fille Batia, son nom est Batia et absolument pas Bitia. Et ce, que Batia corresponde ou non au prénom de Bitia la fille de Paro.

PS: je ne me relis pas, veuillez excuser les fautes et le probable désordre.
Décision
Messages: 16
Merci beaucoup Rav Wattenberg !!
Rav Binyamin Wattenberg
Messages: 6262
J’ai écrit plus haut :

Mais nulle part le texte de la Bible prénomme cette épouse de Shlomo "Bitia", elle est seulement appelée "Bat Paro".
Son prénom est cependant indiqué dans le Midrash Vayikra Raba (XII, 5).


Ce prénom se retrouve aussi dans le Midrash Bamidbar Raba (X,4) (concernant l'épouse de Shlomo Hamélekh).

Puis j’ajoutais :

C’est à croire que toute fille de (tout) pharaon est appelée Bitia par les rabbins.

Je précise à présent qu’en suivant cette théorie attribuant l’appellation Bitia à toute fille de pharaon, nous pouvons comprendre ce que l’on lit dans le Sefer Hayovlim (47,5) qui nomme la fille de Paro qui a sauvé Moshé : Tarmout.

Un prénom presque identique lui est aussi donné par Flavius Josèphe dans Kadmoniout Hayehoudim (II,9,5).

Il se pourrait donc que Bitia ne soit pas un prénom mais un « titre » (comme Paro) et que son véritable nom fut Tarmout (/ Tharmouth/ Tarmoutis).

J’ai aussi vu dans le commentaire du Rav Kaplan qu’il indique ces sources et d’autres encore, ainsi qu’Eusèbe dans Praeparatio evangelica (IX, §27) qui nomme la fille de Paro : Merris.
Montrer les messages depuis:
Voir le sujet suivant Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum